Les autres innovations médicales

L'innovation au service du patient
  • Le Robot Da Vinci Si, la révolution de la Chirurgie Robotique en Urologie, Chirurgie Gynécologique ou Digestive :

Le robot Da Vinci peut opérer dans des domaines aussi divers que l’Urologie, la Chirurgie Gynécologique ou la Chirurgie Digestive à l’Hôpital Saint Joseph.

La technologie du robot s’appuie sur un système de télémanipulation constitué de 3 modules interconnectés : une console de commande, une caméra qui permet une vue détaillée tridimensionnelle du champ opératoire grossie jusqu'à vingt fois et quatre bras articulés qui permettent au chirurgien de commander à distance les bras du robot qui reproduisent tous ses gestes en éliminant les tremblements parasites.

La précision du geste chirurgical est accrue grâce à des instruments précis entièrement articulés avec une faculté de 540° de rotation, c’est-à-dire bien plus que la main humaine et autorisant donc certains gestes quasi impossibles pour une main humaine.
Grâce à une technique mini-invasive, il permet aux patients de moindres douleurs post-opératoires, moins de perte de sang et une précision optimale qui réduit les risques de lésion des tissus fins, des structures nerveuses vasculaires.
Ce robot permet de proposer aux patients des techniques opératoires moins lourdes, lui procurant un meilleur confort et une convalescence plus rapide.

  • La Vidéo-capsule et l'Echoendoscopie dans le service d'Hôpital de jour Endoscopie :

Acquise par l’Hôpital dès 2002, la vidéo capsule, est un examen non invasif qui apporte un progrès considérable pour l’exploration de l’intestin grêle (mal visualisé par une endoscopie ou une fibroscopie). L’échoendoscopie est, quant à elle, une exploration qui combine l'endoscopie à l'échographie. Une sonde d'échographie est amenée à l'aide d'un endoscope à proximité de l'organe à étudier. Elle sert à rechercher ou à explorer des lésions du tube digestif ou des organes de voisinage et permet en outre de rechercher la présence de calculs, de kystes ou de tumeurs dans les voies biliaires et/ou le pancréas  et  permet  d'obtenir  des  informations  qui  ne peuvent pas êtres apportées par les autres explorations.

  • Le FibroScan dans le service d'Hépato-Gastro-Entérologie :

Le service d’hépato-Gastro-Entérologie a été le premier dès 2005, en région PACA, à bénéficier de cet équipement  innovant  qui  quantifie  de  façon  instantanée  et totalement non invasive la fibrose du foie. Il remplace les ponctions de biopsie hépatique.
Le  FibroScan  utilise  une  nouvelle  technologie,  qui consiste à placer une sonde sur l’abdomen du patient et envoyer des vibrations à la surface de la peau qui vont se propager dans le foie et mesurer sa dureté à l'aide d’un transducteur qui émet et reçoit les ultrasons.

 

L'innovation a également trait à la mise au point de nouvelles techniques dont le développement a démarré avant le financement par les Pouvoirs Publics. C'est le cas de :

  • L'Ablation de fibrillation auriculaire et tachycardie ventriculaire par radiofréquence, dans le service de Rythmologie-cardiologie :

Saint  Joseph  est  l’un  des  trois  plus  grands  centres Français spécialisés dans cette  technique non invasive. Une expertise qui a permis à l’équipe de rythmologues de l’Hôpital d’acquérir une renommée européenne et d’intervenir dans des congrès nationaux et internationaux.

  • L'Endoprothèse de l'aorte thoracique :

Saint  Joseph  est  le  1er   centre  français  des  traitements endovasculaires et le 2e  centre de pose d'endoprothèses de l’aorte thoracique, après le CHRU de Lille.
Saint  Joseph  est  un  centre  leader  qui  dispose, depuis avril 2000, d'un centre de référence des anévrismes et dissections aortiques.
La technique est “simple” : l'endoprothèse est  insérée dans l'aorte par voie percutanée ou via une courte incision dans le pli de l'aine, puis elle est  déployée dans l'aorte afin de recouvrir la portion malade et reconstituer un vaisseau continu.
Les équipes des services de chirurgie cardio-thoracique et de chirurgie cardiovasculaire ont ainsi pu développer une approche mini-invasive innovante des pathologies vasculaires. 

Dernière mise à jour le 25.07.2018