Accueil > Votre hôpital, votre maternité > Nos services > Centre Sainte-Colette > Assistance Médicale à la Procréation > L'endocrinologie en AMP > Syndrome des Ovaires Polykystiques : SOPK

Votre hôpital, votre maternité

 

Syndrome des Ovaires Polykystiques : SOPK

Syndrome des ovaires polykystiques : SOPK

4/ Syndrome des Ovaires Polykystiques : SOPK

C’est une maladie très fréquente (10% des femmes) et dont le mécanisme est encore mal compris.

Il s’agit, pour faire simple, d’une absence de diminution du stock des ovocytes contenus dans les ovaires. Ce « trop plein » d’ovocytes va entrainer des troubles de l’ovulation et un excès d’hormones mâles.

Les signes cliniques sont ; des règles espacées voire absentes, de l’acné, une pilosité excessive, une chute des cheveux, un surpoids. Si vous présentez ces symptômes, le médecin vous prescrira une analyse de sang et une échographie pelvienne qui permettra de compter vos ovocytes et ainsi de confirmer, ou non, leur nombre trop important. 

Si le diagnostic est confirmé, nous serons amenés à vous prescrire des traitements permettant de retrouver une ovulation normale. 

Il a été montré que cet excès d’ovocytes était lié à une résistance à l’action de l’insuline et donc très lié au poids et à l’alimentation.

Les patientes SOPK sont d’ailleurs à risque de diabète de type 2 et la maladie est souvent associé à un surpoids ou une obésité.

Pour améliorer votre prise en charge, nous devrons vous prendre en charge au plan diététique, voire prescrire des médicaments et compléments alimentaires aidant à lutter contre cette insulino-résistance. 

Une perte de poids de 5 à 10% peut restaurer les ovulations et permettre une grossesse spontanée. Les compléments alimentaires permettent dans 80% des cas de restaurer les cycles et dans 60% des cas d’obtenir une grossesse spontanée, ils permettent aussi de limiter le risque d’hyperstimulation en AMP auxquelles les patientes SOPK. 

Enfin les signes cliniques du SOPK peuvent être liés à une anomalie génétique de la glande surrénale : le bloc enzymatique en 21 Hydroxylase

Cette anomalie sera recherchée chez toutes les patientes SOPK par un dosage biologique sanguin de 17OH Progestérone. En cas d’anomalie l’endocrinologue fera un bilan biologique et génétique ainsi qu’une enquête familiale et auprès du conjoint. Un traitement spécifique et un suivi sera nécessaire à vie.

 

Dernière mise à jour le 19.07.2018


Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.